Kenya : la commission électorale en pleine crise interne - RFI

Au Kenya, la commission électorale (IEBC) est en crise, alors qu’elle doit organiser une nouvelle élection présidentielle dans moins de deux mois. La décision du président de l’IEBC, Wafula Chebukati, d’écarter certains agents et de nommer une équipe temporaire pour superviser les prochaines élections a soulevé une révolte interne, et beaucoup de confusion.

Le leader de l’opposition (NASA), Raila Odinga, avait menacé de boycotter l’élection présidentielle du 17 octobre, posant ses conditions pour participer au scrutin, parmi lesquelles le départ de certains agents de l’IEBC et un audit complet du système informatique.

Dans une lettre adressée à l’opposition mercredi 6 septembre, le président de l’IEBC donne un premier plan d’action et répond point par point à Raila Odinga et se veut rassurant : « J’atteste de mon engagement à conduire une nouvelle élection présidentielle en accord avec la Constitution ».

Il affirme prendre en considération les requêtes de l’opposition qui demande des garanties quant aux kits électroniques de transmission des résultats et promet un audit complet du système informatique de la commission.
(...)
La commission semble également avoir écarté Ezra Chiloba, le directeur général, ou encore James Muhati, directeur du pôle technologique, vivement critiqués par l’opposition. S’ils restent en poste, ils sont temporairement remplacés par une nouvelle équipe. - RFI

Mis en ligne par Bruno
 8/09/2017

La NASA et Jubilee (le parti de Kenyatta, président sortant dont la réélection a donc été annulée) rejettent les membres nommés par le président de l’IEBC, Wafula Chebukati. Ce dernier a par ailleurs procédé à ces nomminations sans consulter les autres membres de la commission. Selon les deux forces politiques, certains de ces nouveaux membres sont "connus comme étant partisans" [1].

¤ Chiloba left out in new poll team
¤ Jubilee rejects Chebukati’s dream team for repeat poll

Le président de l’IEBC, Wafula Chebukati, a demandé des explications à Ezra Chiloba, le Directeur général des élections (CEO), sur les « irrégularités et illégalités » qui ont entraîné l’annulation du vote présidentiel.
Notamment de fournir des réponses à 12 questions : pourquoi un compte à son nom a été créé et utilisé pour entreprendre 9 934 transactions sur le serveur de l’IEBC sans qu’il ne le sache et sans son consentement ou pourquoi 595 bureaux de vote n’ont pas envoyé les résultats de la présidentielle, ou encore, pourquoi 682 bureaux de vote avaient un nombre identique de votes rejetés.

¤ Chebukati’s 12 questions for Chiloba excite NASA

"Ils ont commencé à entrer des données sur le serveur le 7 août, un jour avant l’élection. Ce qui s’est passé est vraiment criminel. Et c’est pourquoi nous disons que le membres du Jubilee doivent vraiment être emprisonnés."

Le leader de l’opposition, Raila Odinga, a ainsi dénoncé les membres du Jubilee, le parti du président, comme devant être jetés en prison pour leur rôle dans la falsification des résultats de la présidentielle du 8 août.

¤ You belong in jail, Raila tells ’shameful’ UhuRuto after Chebukati memo

L’oppostion a par ailleurs dénoncé la date du 17 octobre et demandé que l’élection soit reportée :

¤ Nasa legislators want poll postponed

Les commentaires sont uniquement réservés aux personnes inscrites (c'est gratuit).