Sauvageonnes
20 juillet 2004

Votre corps vous appartient
il vous appartient de le faire correspondre aux modèles imposés par l’industrie cosmétique…

A droite comme à gauche on combat sans ambages le “lobby de l’immigration” qui, comme l’avait prédit le Front National dont les médias reprennent aujourd’hui les analyses, essaie partout de s’imposer.

Depuis les territoires qu’ils contrôlent, ces banlieues qui abhorrent les lois de la république, ils se développent, ils croissent, ils s’immiscent jusque dans nos écoles.

Prétendant répondre à une marginalisation sociale et politique que l’on ne peut plus nier, ces fils et ces filles de l’immigration mettent en avant des pratiques et des rites d’un autre âge qu’ont ramenés leurs parents de leurs contrées sauvages.

Heureusement, nos élus viennent de réagir en votant, se montrant fermes et opposant à ces rétrogrades liberticides nos sacro-saintes valeurs républicaines : Nous avons malgré elles, et contre leur volonté (elles nous en remercieront plus tard) libéré les Maghrébines du joug totalitaire que leur imposent leurs hommes, fanatiques islamiques égorgeurs de moutons. Ouf, grâce à Dieu (le Dieu chrétien, le vrai, bien sûr), Créteil ne sera jamais Téhéran : La France est un pays formidable !

La vigilance des féministes françaises aura été nécessaire à cette prise de conscience salvatrice : Quittant un temps les plateaux télé où elles officient habituellement, remettant à plus tard leurs publi-reportages sur les lotions capillaires ou leurs articles sans concessions sur “la nouvelle mode du string” ou “la crème de jour à acheter pour exciter son amant”, les néo-féministes ont défilé dans les rues parisiennes pour soutenir les banlieusardes.

Alors que l’on condamne (paraît-il) les promoteurs de propos ouvertement racistes, on peut en toute quiétude s’indigner dans les médias que dans nos zones péri-urbaines les immigrés, ces barbus basanés, obligent leurs femmes à se cacher sous des draps vulgaires, signe de leur incroyable archaïsme. Notre société démocratique, véritable modèle d’émancipation de la femme ne saurait tolérer en son sein ces mœurs arriérées issues du patriarcat le plus primitif.

Nous avons besoin de nuance, nous, les civilisés. Si les candidates du Bachelor peuvent côtoyer au quotidien sur les écrans des nymphettes nues neurasthéniques vendant des bagnoles qui permettront à nos hommes de séduire les ménagères émerveillées, nous ne pouvons endurer la franchise des us, fussent-ils ultra-minoritaires, de quelques illuminés du Coran.

Pour le bien de toutes, quelques lycéennes ont été jetées en pâture à la vindicte populaire : Il fallait convaincre le peuple de la modernité de notre société démocratique.

L’imaginaire populaire se construit toujours par opposition à l’Autre barbare, la guerre, fut-elle médiatique et idéologique, est le ciment des nations. Enorgueilli d’ainsi appartenir à une société qui proclame rejeter en bloc l’asservissement de la femme, le prolo masculin peut continuer à ne pas s’occuper des tâches ménagères. “L’intellectuel”, récemment entré en guerre pour “sauver l’intelligence [!]”, est trop content d’expliquer sur les écrans la nécessité de cette loi (et accessoirement de publier un livre ou un “papier“) : Il ira ce soir gentiment se faire sucer sur les boulevards. Les jeunes prostituées d’Europe de l’Est ont bien du mérite…

Celles qui aujourd’hui refusent de se dissoudre (pardon, de s’assimiler) dans la culture française (laquelle ? Celle de Maïté [1] ou celle des technivals ?), de s’intégrer, celles qui refusent de renier la culture de leurs parents sont forcément manipulées par des barbus.
En arborant un fichu, elles revendiquent leur allégeance au régime iranien, personne ne peut plus en douter.

C’est bien connu, en France, le sexisme est le seul fait des immigrés des quartiers populaires (excusez-moi, je me laisse aller, je voulais dire “des arabes“). Ces zones de non droit sont d’ailleurs les seuls endroits où se commettent les viols, ces fameuses “tournantes [2]” généralisées dans toutes les caves des cités. Le reste de la société française est largement porteur de valeurs féministes et emprunt d’une égalité homme-femme qui rayonne du monde de l’entreprise, des médias, dans l’arène politique jusque dans les ménages des vrais français de souche française.

A ces auxiliaires islamistes enturbannées, on devrait imposer à l’école l’usage du string apparent : Ce serait à mon avis la seule preuve tangible qu’elles accèdent à la modernité de notre civilisation progressiste.

Ou imposer le cochon dans les cantines scolaires, à l’exception du vendredi, bien sûr…

Elles ont pas la télé ou quoi, ces sauvageonnes ? On les veut bronzées, maquillées et dociles, elles ont la prétention de vouloir se raccrocher à un look démodé reliquat de leurs us barbaresques. Oh, les filles, c’est fini, ça ! Maintenant, c’est piercing au nombril, gel “effet mouillé“, strings et pantalons taille basse.

Si vous ne savez pas quel look choisir, il vous suffit de faire l’un des nombreux tests disponibles dans les magasines, vous connaîtrez alors votre profil et votre style.
Vous pourrez par exemple savoir si vous êtes plutôt “sexy pulp” ou “sexy flamme“, si vous êtes un “bombe des plages“, “quelle star est en vous” ou tout simplement si vous “savez goûter au bonheur“.

Pour plus d’info : http://www.aufeminin.com

C’est les féministes du PS qui vous le disent, vous pouvez les croire sur parole.
Elles sont ni putes, ni soumises.
Elles, elles sont émancipées, elles refusent de prêter leur 106 à leur mec, qu’est-ce que vous croyez !

On est dans un pays moderne, et à ce titre vous avez le choix entre différents looks, bordel, regardez donc les magasines, les pages ” Tentations” du Nouvel Obs ou la rubrique “Société” du Monde.
Ah bon ? On lit pas Le Monde dans votre ghetto…

Mais vous savez lire, non ?

Sinon.
C’est pas grave : Il y a des conseils beauté sur M6 qui sont tout à fait valables. Un régime avant l’été, des crèmes auto-bronzantes, faudra passer chez le coiffeur, la nouvelle coupe de J-Lo fait un malheur. Vous aimez J-Lo, hein ?
Un peu de chirurgie si vous n’avez pas vraiment le corps des protagonistes de l’Ile de la tentation : C’est la modernité, le progrès, tant de femmes se sont battues pour ça.

Votre corps vous appartient, il vous appartient de le faire correspondre aux modèles imposés par l’industrie cosmétique.

Le fichu, c’est fini, on vous veut en “bottines lacées ou escarpins en satin, manteau en tartan, cardigan pailleté et jupe de tweed.” Le temps est au “chic luxurieux et impertinent“, sachez-le, alors avec vos foulards ringards tout droit sortis du bled et vos manteaux de chez Tati, excusez du peu, mais c’est pas vraiment ça…

Quand même, toutes les néo-féministes le savent, “ vous le valez bien” .
Elles le valent bien, elles.

Mais au fait, combien valent-elles ?

Bon, sinon, foulard, pas foulard, faîtes ce que vous voulez
(sauf à l’école, bien sûr ! )

Si on vous l’impose, le fichu, battez-vous, mais je sais que vous ne m’avez pas attendu pour le faire… pas plus que vous n’avez attendu les frasques médiatiques des féministes liposuccées.

Libérez-vous de toutes les religions !!!

[1] Marie-Thérèse Ordonez, dite Maïté, restauratrice française qui anima des émissions culinaires sur France 3, dont La Cuisine des Mousquetaires, avec Micheline Banzet et À table. —https://fr.wikipedia.org/wiki/Maïté

[2] Élisabeth Zucker-Rouvillois, « Le scandale des « tournantes ». Dérives médiatiques, contre-enquête sociologique de Laurent Mucchielli », Sociétés et jeunesses en difficulté, n°1 | Printemps 2006, mis en ligne le 03 juillet 2006. URL : http://journals.openedition.org/sejed/118 (note ajoutée en 2006)

Illusration:
Deux Femmes devant un ordinateur portable Macbook, Memtatdgt, pexels, Libre d’utilisation.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Pin It on Pinterest

Share This